Coup de jeune pour Les InRocKuptibles

Dans vos bacs aujourd'hui, une nouvelle formule des Inrockuptibles. Sans changer sa périodicité ou son prix (maintenu à 3,90 euros), l'hebdomadaire monte en gamme, avec un papier plus épais et plus blanc. Le magazine, conseillé pour sa direction artistique par l'agence NWB, donne également plus de place à la photographie et se veut plus lisible et plus élégant.

Coté éditorial, un maître-mot : la prescription. Le magazine veut être force de proposition pour ses lecteurs, que ce soit dans les domaines de la culture, les sujets de société ou les thématiques politiques. A noter : l'apparition d'un cahier baptisé "Où est le cool ?", comprenant des recommandations en ce qui concerne la gastronomie, les voyages ou la mode, et suivi d'un cahier de critiques.

Mais le virage vers le positionnement en news magazine, opéré il y a 7 ans par Les Inrockuptibles, n'est pas abandonné. Dans vos linéaires, l'hebdomadaire est donc toujours à ranger avec les news magazines. Ses Unes, qui vont être plus graphiques et percutantes, devraient également faciliter les mises en avant et soutenir les ventes au numéro (actuellement près de 40 % de la diffusion).

Pour le lancement de cette nouvelle formule, le tirage a été augmenté à 100 000 exemplaires (contre 70 000 environ en moyenne). Une campagne de communication, sous le slogan : "Les Inrockuptibles, là où tout commence", est également organisée. Enfin, aujourd'hui, des opérations spéciales ont été menées dans certains kiosques parisiens, avec l'organisation de concerts de groupes émergents, sélectionnés par le magazine. Une opération qui a vocation à être répétée en régions à l'avenir, selon Elisabeth Laborde, directrice générale des Inrockuptibles.