Julie Hamaïde, fondatrice et rédactrice en chef de Koï

Premier magazine destiné aux Français asiatiques et aux amateurs des cultures d'Asie, Koï sort son premier numéro mercredi 6 septembre. Rencontre avec sa fondatrice et rédactrice en chef, la journaliste Julie Hamaïde.

 

Koï s'inscrit dans un segment de presse pas ou très peu investi en France, comment est né l'idée de ce magazine ?

Etant d'origine vietnamienne et journaliste, je me suis rendu compte dans mes études et en suivant l'actualité que l'on parle très peu des Asiatiques de France, et uniquement pour le Nouvel An chinois ou dans les cas d'agression. Ce sont des personnes qui ne sont pas mises en valeur.

Pour un article, j'ai rencontré l'acteur Frédéric Chau. J'ai cherché un média sur et pour les communautés asiatiques, un équivalent d'Amina ou de Jeune Afrique, et je me suis rendu compte qu'il n'y avait rien. Il n'existe que des médias très ciblés comme Zoom Japon ou K PopLife (sur la pop sud-coréenne), mais pas de magazine de société.

Au moment de notre campagne de financement participatif en mai-juin derniers, je me suis rendu compte qu'il existait un bel enthousiasme de la part de célébrités asiatiques françaises et aussi de nombreux lecteurs potentiels.

A qui le conseiller ? Uniquement aux Asiatiques de France ?

Koï s'adresse évidemment d'abord aux Asiatiques de France, mais son contenu peut intéresser tous les lecteurs qui ont une curiosité pour l'Asie et les cultures asiatiques, que ce soit en termes de voyages, de cuisine, de sport ou d'actualité générale. Et connaître ses voisins, c'est toujours quelque chose d'intéressant. 

Pourquoi avoir décidé de lancer ce magazine sur papier plutôt que sur le web ?

J'aime le papier. Koï ne traite pas de l'actualité chaude, c'est un magazine de société avec des articles long format, notamment des interviews de huit pages. Tout cela se prête beaucoup plus au support papier. Nous avons créé un magazine dont j'aimerais qu'il passe de main en main, qu'il soit un objet que l'on reprenne à plusieurs reprises : j'aime le principe de la presse papier. Et nous misons sur la vente au numéro. Notre tirage est de 16 000 exemplaires, avec une diffusion nationale et un renfort sur Paris et l'Ile-de-France.

 

Disponible à partir de mercredi 6 septembre, Koï est un bimestriel vendu 5,90 euros, avec un prix de lancement de 4,90 euros pour son premier numéro. Il est distribué par les MLP sous la codification 13276