La vraie valeur de la presse imprimée

On entend toujours çà et là, comme un bruit de fond, que la presse imprimée est sans avenir, que le web et les technologies digitales remplaceront le papier à jamais, que la presse va dans le mur…

Il y a quelques jours encore, Alain Weill, directeur général de SFR Media, qui rassemble son groupe de médias NextRadioTV et surtout des titres de presse écrite… tenait des propos allant dans ce sens, avant de se rétracter.

Ne vous y trompez pas, les apôtres des nouvelles technologies tous azimuts tentent de nous faire croire que le papier n’a plus de valeur ; certains mêmes en l’offrant comme un goodie dans les forfaits de téléphonie. A qui profite le crime ?

Pourtant la vente de presse papier est encore très puissante. J’évoque souvent ces chiffres impressionnants, car ils sont évocateurs : 4,4 millions d’exemplaires (de magazines, journaux…) sont vendus dans nos magasins chaque jour ! Cela représente 1,3 milliard d’unités par an… Et un chiffre d’affaires de 2,214 milliards d’euros par an, rien que pour la vente au numéro…  Alors que sur le numérique, les éditeurs qui gagnent de l’argent sont l’exception.

Ne nous laissons pas aveugler, les forces du papier offrent de belles perspectives. La lecture sur papier est plus approfondie et mieux assimilée, l’objet papier possède une valeur palpable, l’attachement des Français à leur journal reste fort, les jeunes lisent beaucoup la presse jeunesse…