Tommaso Albinati, éditeur du Chasseur Français

Magazine le plus lu par les hommes ruraux de plus de 50 ans, Le Chasseur Français (groupe Mondadori) évolue avec une nouvelle formule que nous présente son éditeur Tommaso Albinati.

 

Pourquoi avez-vous désiré adopter une nouvelle formule ?

Le Chasseur Français a déjà connu une nouvelle formule en 2011 qui a très bien marché, mais après six ans, c'était le bon moment pour faire des ajustements. Cette nouvelle formule est un petit lifting, avec de nouvelles rubriques qui viennent accentuer la présence de la ruralité.

Le magazine n'est pas uniquement un magazine de chasse. Cette thématique représente un quart de nos pages. La chasse est donc notre sujet principal, mais pas le seul. Avec cette nouvelle formule, nous voulons faire du Chasseur Français le magazine de la ruralité.

Cela passe notamment par la nouvelle rubrique "Un métier à transmettre" sur la perpétuation des métiers artisanaux, et par la nouvelle rubrique "Alerte nature" qui traite des problèmes d'environnement dans les campagnes.

 

Ces nouvelles rubriques, dont plusieurs sont tournées vers l'environnement, accompagnent-elles une évolution parmi votre lectorat ?

Le Chasseur Français ne prend pas un tournant écologique parisien : nous sommes pour une nature pratiquée, pas une nature sous cloche.

Nos lecteurs sont au contact de la nature tous les jours ; ils chassent, ils pêchent, ils cueillent des champignons, etc. Ils savent donc qu'il faut préserver la nature, mais aussi la gérer, surtout à la campagne. Et ils participent à cette gestion.

 

Vous expliquez que la chasse ne représente qu'un quart du contenu du Chasseur Français. A qui alors conseiller le magazine ?

Le Chasseur Français est rangé dans le linéaire des magazines de chasse, il s'adresse donc aux chasseurs. Mais le magazine s'adresse aussi à tous les lecteurs des quotidiens, et particulièrement aux lecteurs de magazines de jardinage, de pêche, de bricolage, puisque nous traitons de tous ces sujets.

Notre publication peut aussi intéresser les amateurs de cuisine, surtout avec cette nouvelle formule. Mais il faut savoir que la cuisine du Chasseur Français est une cuisine rurale, traditionnelle. 

Notre lectorat est majoritairement masculin, mais pas uniquement. Il est composé à 70% d'hommes et 30% de femmes.