4 questions à Guillaume Josse autour du lancement du mook Futura

05/01/2022

Après avoir fêté ses 20 ans l'an dernier, le média digital Futura (groupe Made in Futura) se lance dans l'aventure print en proposant à votre clientèle, un complément de ses parutions au travers d'un mook dédié aux sciences. Une arrivée prévue le 21 janvier en linéaires, faisant suite à une importante campagne de crowfunding, dont nous parle aujourd'hui son fondateur, Guillaume Josse.

Pourquoi se lancer dans l'édition d'un magazine papier après le déploiement du site web de Futura ?

Après avoir fêté nos 20 ans l'an dernier et réussi à lever 100 000 euros grâce à une campagne de crowfunding, nous avions envie d'apporter un complément éditorial à celles et ceux qui nous lisent. Notre mission est de faire de la vulgarisation scientifique, que ce soit lié aux sciences, à l'environnement, aux technologies ou à l'espace; qui seront d'ailleurs les quatre thématiques phares du mook. Nous sommes un média de découverte, bénéficions d'une forte communauté (2 à 3 millions de fans, 20 millions de visiteurs uniques par mois) et travaillons, en plus de nos journalistes, avec un peu plus de 400 experts et parrains (Bertrand Piccard, Yann Arthus-Bertrand, etc). Si Futura n'était jusqu'à présent accessible que par le digital, le papier malgré tout, est une façon de s'informer de façon très différente. Pour les lecteurs c'est l'occasion de prendre le temps de décortiquer la science sur le papier. Et pour nous, de creuser les sujets, d'enquêter et d'incarner notre promesse: celle de "raconter la science autrement". Il s'agit de présenter un objet intemporel qui comportera des connaissances impérissables autour de 228 pages. Avec, en moyenne, 50 pages par dossier et une quarantaine de sujets évoqués au sein de chaque parution. L'idée étant de publier un numéro par an, autour d'un prix de vente de 19 euros, de façon à prendre le temps d'étudier les différents sujets, proposer des reportages photo, des portfolios et des enquêtes de terrain. Si l'accueil est favorable sur le réseau presse, alors nous pourrons développer plusieurs numéros par an. Soit des numéros thématiques, soit des publications se rapprochant peut-être du hors-série. Mais il est trop tôt pour anticiper ce type de projets...

Quels seront les sujets aborés dans ce numéro de lancement ? 

Nous évoquerons dans ce numéro annuel, les quatre grands enjeux de 2022 : la lune, autour des explorations et du tourisme spatial, l'environnement autour de la problématique de nourrir le monde sans le détruire, mais aussi la santé par le biais de la thérapie génique. Et puis, la tech, notamment autour de l'intelligence artificielle et de la data. En plus de ces contenus fouillés, nous proposerons des illustrations et des pages de DIY afin qes lecteurs et lectrices puissent réaliser des expériences avec les enfants ou en famille. 

Quel type de lectorat ciblez-vous ?

Ce mook sera tous publics. Une partie sera accessible aux enfants, l'autre, considérée comme plus technique, sera plutôt dédiée aux adultes. Le travail réalisé avec les illustrateurs permettra d'éveiller la curiosité des petits, par exemple. Néanmoins,  les textes ciblent principalement les grands ! 

Dans quel linéaire Futura trouvera t-il sa place ?

Le réglage sera orienté sur le linéaire science, aux côtés d'Epsiloon, de We Demain, Sciences et Avenir ou la revue l'Eléphant. Le magazine pourra également être placé dans les espaces mook qui sont aujourd'hui très visibles dans les points de vente. Il s'agit d'un pari audacieux pour nous que de passer à l'impression papier. C'est une belle actualité à couvrir. Ce n’est pas tous les jours que le web va vers le print et tente de connecter ses audiences, non ? L'idée de paraître de façon annuelle me semble intéressant. Nous comptons également sur l'image de la marque et misons sur l'originalité de couverture de nos sujets pour nous différencier de la concurrence. Les contenus exclusifs, les illustrations pédagogiques, etc. Futura est différent ce qui existe et se différencie des mensuels de sciences, qui sont d'ailleurs très intéressants mais qui, à raison d'une parution par mois, se concentrent principalement sur le traitement de news et d'actualités.