4 questions à Vincent Guigueno, directeur adjoint de la recherche et de l'enseignement au musée du Quai Branly et coordinateur du hors-série de Tintin c'est l'aventure

18/10/2021

GEO (Prisma Media) et Moulinsart lancent leur tout premier hors-série de Tintin c'est l'aventure, " Le Musée Imaginaire" en points de vente ce 21 octobre. L'occasion de compléter ses connaissances en matière de bande dessinée et sur Tintin en général, après le lancement en 2019, de cette revue trimestrielle. Et de faire connaissance avec Vincent Guigueno, directeur adjoint de la recherche et de l'enseignement au Musée du Quai Branly à Paris, à l'initiative de ce projet éditorial (et coordinateur).

 

Quelle était la genèse du projet ? 

Tout es parti de l'enregistrement du podcast "Paroles d'Histoire", consacré à Tintin, l'Histoire et les sciences sociales. Il fallait quelqu'un pour parler de Tintin et les musées dans l'émission. C'était au printemps 2020. Après ce projet, j'ai fini par écrire aux éditions Moulinsart et entrer en contact avec le directeur artistique pour lui parler de mes passions. Nous avons travaillé sur ce projet pendant un an. Et le voici qui fait désormais 96 pages ! Le titre rend aussi hommage à la première exposition dédiée à Tintin en 1979. 

Parlez-nous de la promesse éditoriale du magazine.

Ce hors-série est composé de trois parties. La première est dédiée à la façon dont Hergé s'est inspiré des musées dans ses albums. La seconde au Musée Imaginaire, qui évoque un rapprochement avec les vrais objets et l'évolution des expositions dédiées à ce personnage au fil du temps et dans le monde. Comme au Canada, par exemple ou au Musée de la Marine à Paris en 2001. Enfin, la troisième partie explique comment on en est venus à faire un musée à Louvain-la-Neuve, en Belgique. L'idée générale était de raconter les expositions qui ont eu lieu en ses murs, soit autour de Tintin, soit autour d'Hergé, y compris après sa mort en 1983. D'évoquer les objets réels qui sont entrés dans les cases de la bande dessinée, comme par exemple la momie inca de Rascar Capac (des Sept boules de cristal), ou encore la statuette Arumbayas, présente dans l'Oreille cassée. D'avoir ce parallèle entre la 2 D et la 3D. Nous avons également refait la liste des objets qui auraient pu être dans les albums de Tintin. Et nous nous sommes appuyés sur les archives des musées pour écrire les textes. On y évoque aussi les objets offerts à Hergé, qui sont à Louvain-la-Neuve, ou ceux qui ont été créé par Hergé, comme le sous-marin de poche du professeur Tournesol, par exemple. Ou un scaphandrier qui l'a inspiré pour ses histoires. Par ailleurs, le magazine fait un focus sur les faussaires qui sévissent sur le marché de l'art en utilisant les techniques traditionnelles, au travers d'un entretien avec une anthropologue sur les faux au Pérou. Et nous proposons aux lecteurs, un focus sur cette fameuse momie de  Rascar Capac, hébergée au Musée de Bruxelles qui a inspiré l’histoire originale. En n'oubliant pas d'évoquer sa vie "avant Tintin" aussi !

Cet ouvrage sera intergénérationel visiblement. Quels conseils souhaitez-vous donner aux marchands pour qu'il soit assez visible en linéaires ? 

Ce hors-série fera plaisir aux lecteurs et lectrices de tous horizons, à partir de 7 ans. Tintinophiles ou pas ! Il propose des documents originaux et inédits qui plairont aux collectionneurs. Et un cahier central ludique qui devrait attirer l'attention des jeunes. Il sera en vente jusqu'au 20 janvier 2022.