Alain Weill en dit plus sur la reprise de l’Express

Invité du Press Club à Paris lundi soir, Alain Weill, patron d’Altice Media, en a dit un peu plus à la presse, quant à son projet de reprise du magazine l’Express, projet dont nous vous avions parlé il y a peu dans la Quotidienne. L’homme d’affaires qui dit « croire en l’avenir de la presse écrite », précise toutefois que le titre, qui s’est écoulé en 2018 à 220 000 exemplaires, s’appellera désormais  « L’Express 21 » et qu’il ne s’agit pas là d’un lancement de nouvelle formule mais d’un lancement de projet « disruptif ». Quant à la pagination, elle se verra réduite pour avancer de nouvelles « priorités éditoriales ».

Côté contenus, ils seront  «plus engageants pour soutenir le journal » et proposeront « des interviews exclusives ». Le journal sera également « descriptif, pédagogique et aidera à la réforme, tout en étant en phase avec son ADN, donc avec Jean-Louis Servan Schreiber », poursuit le dirigeant avant de conclure, toujours quand aux contenus des pages : « Si on est moins généraliste, qu’on fait de l’international, de la politique, qu’on parle livres, les gens auront peut-être plus envie de le lire et de s’abonner ».

L’équipe du magazine devrait aussi, prochainement se lancer dans la réalisation de podcasts et étoffer son offre digitale et premium. Quant aux services de la société, ils pourraient être mis en commun avec Libération (diffusion commune). Synergies à prévoir donc, entre l’Express et BFM.

L’objectif de ce chantier éditorial étant de réduire en partie les pertes financières de l’entreprise, dont les charges s’élèvent aujourd’hui à 40 millions d’euros, selon lui et de parvenir à « l’équilibre financier » d’ici 2020. Nomination du futur rédacteur en chef à suivre (et après élection par la rédaction), dès lors que la clause de cession aura été signée d’ici la fin du mois, sinon début juin. Le magazine devrait également paraître le jeudi matin dans les points de vente, à partir du mois de septembre.