Avec Geneviève et Jean Bleicher, en direct de Kaysersberg (Haut-Rhin)

17/11/2020

Deuxième période de confinement pour les marchands de presse de l'Hexagone. Après notre série de témoignages du printemps, la rédaction d'Union Presse repart à la rencontre de commerçants sur tout le territoire. Le témoignage de Geneviève et Jean Bleicher, dont le magasin se situe à Kaysersberg, dans le département du Haut-Rhin.
Geneviève et Jean Bleicher, délégué Culture Presse, admettent qu'ils leur a été « difficile de remettre la machine en route » après le premier confinement. « Au début, nous avons fermé pour 15 jours car nous n'avions pas de vitre en plexiglas et les équipements nécessaires pour sécuriser le magasin. Puis, nous avons rouvert et assuré l'activité même si une fois le 11 mai passé, l'activité à souffert, sur la presse et les cadeaux », raconte Geneviève Bleicher. Une première pour le couple de commerçants qui, en 20 ans d'activité, n'avait jamais fermé.

D'ordinaire très visité et élu plus beau village de France, connu pour son grand marché de Noël, un rendez-vous incontournable qui n'aura pas lieu cette année, Kaysersberg commence tout juste à retrouver son rythme. « Les gens avaient peur mais maintenant ils vivent mieux ce second confinement. Et viennent plus facilement en magasin. Il y a une demande pour la presse. De plus, nous sommes normalement achalandés. Les activités presse et tabac se maintiennent », expliquent les commerçants.

Le magasin voit habituellement passer 300 clients par jour, et dispose de 100 mètres linéaires développés. Néanmoins, force est de constater pour Geneviève Bleicher que la trésorerie pourrait bien mieux se porter. « On ne tourne qu'avec le local. Sur les cadeaux par exemple, mon activité principale, je suis à -35% de chiffre d'affaires », regrette-t-elle. 

La crise sanitaire aura aussi amplifié ses inquiétudes envers l'avenir de la filière presse. Le point de vente accueille depuis le printemps de nombreuses « grands-mères qui viennent acheter de la lecture pour leurs petits-enfants », mais la commerçante note que la presse peine chez elle à attirer les jeunes.  la presse, quelque soient les linéaires choisis, attire surtout les 50 ans et plus, mais peu de jeunes. « Le temps vient à bout de tout. Il faut rester confiants. Nous avons un noyau de clients fidèles, c'est une chance. Et le réassort fonctionne bien », assure avec entrain et force tranquille Geneviève Bleicher.