Cinq questions à Philippe Abreu, directeur de la publication de Boat Heroes

16/06/2022

Depuis une semaine, Boat Heroes a fait son entrée dans les points de vente. Philippe Abreu, directeur de la publication de Boat Heroes, revient pour La Quotidienne sur le lancement d’un nouveau magazine chez Heroes Media.

Quel est le concept de ce nouveau venu dans le monde de Heroes Media ? Comment a-t-il été pensé ?

Après avoir mené deux expériences éditoriales autour de Moto et Auto Heroes, on a élargi le spectre avec les montres avec Montre Heroes, pour lequel nous avons un très bon accueil du réseau de marchands de presse et des annonceurs. Cela nous a encouragé à réfléchir au développement de la marque. Naturellement, nous avons été interpellés par la problématique autour du bateau. En effet, c'est une clientèle et une communauté assez proche des autres magazines. Nous avons donc développé un concept qui n'existait pas aujourd'hui sur le marché, celui d'un magazine lifestyle pour les amoureux du sport nautique. Nous avions ce projet là, qui était dans la continuité des thématiques auto, moto et montres.

Un peu plus d'une semaine après le lancement du premier numéro, Boat Heroes est-il est en passe d'atteindre ses objectifs ?

C'est un peu tôt pour le dire, mais le démarrage dans l'univers du nautisme est très encourageant. Le réseau accueille plutôt bien le titre notamment en termes d'exposition. Les ventes démarrent bien chez les marchands de presse et en marketing direct.

Côté contenus, que trouve-t-on dans ce numéro de lancement  ?

Dans Boat Heroes, nous déclinons la parution en cinq temps. C'est-à-dire que nous avons d'abord une thématique autour du présent avec différents articles sur la problématique du temps présent. Nous avons une deuxième thématique, “Rétro”, on l'on jette un regard sur des bateaux d'une quarantaine d'années comme le Cap Camarat du constructeur Jeanneau. Ensuite, nous avons une autre problématique "Escape", qui raconte la course Richard Mille Fife Regatta. Notre quatrième déclinaison est le futur, qui aborde les bateaux électriques des pays d'Europe du Nord. Enfin, nous avons la problématique "les héros et les bateaux".  Elle est notamment représentée à travers notre dossier central sur les bateaux de la marque légendaire Riva.

Après les montres, les bateaux et le monde automobile, que comptez-vous explorer ?

Aujourd’hui, nous ne voulons pas explorer d'autres domaines. Néanmoins, nous tenons d'abord à consolider nos marques grâce à notre communauté, qui représente autour de 100 000 exemplaires en diffusion cumulée des quatre titres. A la suite de cela, nous allons travailler sur le numérique en le renforçant dès le mois de septembre avec un nouveau site internet, qui s’appellera Heroes Life. En parallèle, nous allons appuyer sur le réseau avec des hors-séries thématiques sur la course des 24 heures du Mans. Enfin, nous allons accompagner dans les semaines à venir nos autres titres comme Roadtrip, Speedster, Combi, et Super VW.

Un message à adresser aux marchands de presse ?

Je tiens d'abord à remercier le réseau, qui réalise un travail formidable. Ensuite, je dirai simplement au réseau de marchands de presse de continuer à exposer les titres en pile ou en pleine page. Sinon, ils peuvent aussi créer la communauté Heroes en mettant les quatre titres ensemble.