Coup d'envoi des Assises du Commerce

30/11/2021

Demandées par le secteur depuis un an, les Assises du Commerce débutent demain et dureront trois semaines, avec l'objectif de trouver un modèle pour les commerces de demain face notamment à l'essor des ventes en ligne. Les Assises du Commerce sont organisées par le ministère de l'Économie, avec la contribution des ministères de la Transition écologique, du Travail et de la Cohésion des territoires.

"Je travaille depuis mon arrivée au gouvernement sur le principe d'organiser des assises", a déclaré Alain Griset, le ministre délégué chargé des Petites et moyennes entreprises (PME), cité par l’AFP. Le secteur a en effet été bouleversé par la pandémie de Covid-19, qui a fait baisser la fréquentation des commerces physiques tandis que le e-commerce a explosé. Sur l'année 2020, les ventes en ligne ont atteint 112 milliards d'euros en France, soit une progression de 8,5% sur un an, selon la Fédération de l'e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Au troisième trimestre 2021, elles ont encore progressé de 15% par rapport au même trimestre de 2020.

Des organisations professionnelles et syndicales, parmi lesquelles la Confédération des Commerçants de France (CDF) à laquelle adhère Culture Presse, des associations de consommateurs, des chefs d'entreprise ou encore des universitaires sont donc attendus à Bercy pour échanger et trouver des solutions communes. Les Assises s'organiseront en quatre ateliers : un sur l'adaptation des commerces aux nouveaux modes de consommation, un deuxième sur leur développement dans les territoires, un autre sur l'équité entre les différents types d'acteurs et un quatrième sur l'emploi dans le commerce. 

"Cela pourrait aboutir à élaborer au niveau national une politique du commerce, qui n'a jamais existé en France", assure Alain Griset. En pratique, le ministre indique que des mesures réglementaires pourraient être prises "dans les semaines et les mois" suivants les Assises du commerce "s'il y a un consensus et de vraies demandes" sur certains sujets. "Ensuite, s'il y a des mesures beaucoup plus lourdes en termes d'investissement, ce sont des choix qui seront faits après l'élection présidentielle", précise-t-il. Les organisations professionnelles comme la Confédération des commerçants de France, qui représente les indépendants, attendent notamment des mesures fiscales pour rétablir une "équité" entre les entrepôts de e-commerce et les magasins physiques.