Entendu au Congrès…

06/02/2019

Le Congrès national de Culture Presse bat son plein. Le programme de la matinée, très dense, était notamment marqué par une table ronde sur l’avenir de la loi Bichet sur la distribution de la presse. Extraits choisis.

« Nous, marchands, pensons qu’il est urgent que le projet de loi sur la réforme de la distribution de la presse soit proposé rapidement. » Daniel Panetto, président national de Culture Presse.

« Nous souhaitons que la loi vous permette à tous de faire plus facilement du commerce, d’avoir en rayons ce que vous vendez vraiment, dans les quantités que vous pensez les plus raisonnables, que vous repreniez un rôle central dans la distribution de la presse et que vous soyez rémunérés à la faveur des efforts que vous faîtes. Mais toute solution qui bouleverserait les équilibres des uns et des autres ne nous paraît pas souhaitable. Les tentations sont fortes de déréguler ce secteur, mais sommes complètement opposés à ce que le marché soit ouvert à des sociétés extérieures dans des délais aussi courts. » Michèle Benbunan, présidente-directrice générale de Presstalis.

« Il est illusoire de penser que la loi va tout régler ; je ne crois pas que la loi règlera le problème de la tendance baissière de la presse, ou de la qualité des magazines qu’il y a dans le réseau. En revanche, ce que je crains, c’est que la future loi ne soit partie d’un mauvais diagnostic. J’attends qu’on ne jette pas 72 ans de loi Bichet : une loi qui a permis pendant 72 ans à la presse d’être ce qu’elle est aujourd’hui ne peut pas être une mauvaise loi. De notre point de vue, le système coopératif permet la neutralité, le pluralisme, et la liberté d’entreprendre pour les éditeurs. Nous espérons que la future loi respectera tous les acteurs : les messageries, mais aussi les dépositaires et bien entendu les marchands. » José Ferreira, président des MLP.

« Sur la définition du produit de presse, prudence car la future loi sera particulièrement examinée par le Conseil constitutionnel. La proposition de Culture Presse semble d’emblée correspondre au bon sens. Mais attention à ce que tel aspect de la loi ne soit pas retoqué, en lien avec ce qui ne serait pas retenu comme produit de presse. » Laurent Garcia, député de Meurthe-et-Moselle

« Le pluralisme sera affirmé et réaffirmé dans la future loi, c’est le pilier de l’organisation collective de la distribution de la presse. L’assortiment existe déjà dans son principe aujourd’hui, la question est de le faire fonctionner. » Martin Ajdari, directeur général des médias et des industries culturelles (DGMIC).