Forte mobilisation et éditions spéciales pour le Groupe Les Echos – Le Parisien

19/03/2020

Suite à l'entrée en vigueur des mesures de confinement face à la propagation du virus Covid-19, le Groupe Les Echos – Le Parisien (près de 800 journalistes), fait savoir aux marchands de presse, qu'il reste mobilisé pour continuer à couvrir l'actualité. « Le Groupe tient à saluer tous les acteurs de la filière (imprimeurs, distributeurs, transporteurs, porteurs, marchands de journaux…) qui s'efforcent d'assurer la continuité de la diffusion de la presse d'information et de lui permettre ainsi de remplir sa mission d'intérêt public », peut-on lire dans un communiqué.

Mais ce n'est pas tout : le groupe annonce également que, depuis ce matin, il a mis dans vos linéaires, une édition spéciale du Parisien Week-End,(le magazine du Parisien vendu avec le quotidien) qui est entièrement dédié à la « France cloîtrée » Dans le détail, précise toujours le document : la rédaction a planché sur une grande enquête qui fera le récit des coulisses de la gestion de crise depuis l'Elysée. C'est sans oublier l'ajout de nouvelles rubriques « Loisirs à domicile » et d'une section « Jeux » étoffée.

Enfin, les Echos Week-End, le magazine des Echos vendu avec le quotidien, publie une grande enquête : « A la recherche de l'arme ultime » entre engagements des laboratoires et regard des scientifiques sur la question de cette épidémie, sans oublier un détour par le Royaume-Uni pour décrypter comment la crise sanitaire a entraîné la fin de l'état de grâce du Premier ministre Boris Johnson. 

Samedi 21 mars, votre clientèle pourra également découvrir une édition spéciale du journal hebdomadaire Investir, intitulée « Crise sanitaire et financière ».

Et puis, lundi 23 mars, le cahier hebdomadaire des Echos Executives portera son regard sur la gestion managériale des entreprises; entre communication des dirigeants, animation et motivation des équipes à distance, entretien de la relation avec les clients et pilotage de la situation financière. C'est sans oublier un renforcement des pages culture, entre télé, musique et lecture, dans les Echos, afin de distraire les lecteurs et lectrices contraints de rester à domicile.