https://unionpresse.fr/sites/default/files/images/advertisement/newsletters-Jeux-Routard_1700x1000.jpg
180

La nouvelle formule de Chasse-Marée montre le bout de sa proue

Le Chasse-Marée

Un nouvel air inspire des nouveautés. Une nouvelle ère commence demain pour Le Chasse-Marée (groupe Ouest-France) avec une nouvelle formule.

Une nouvelle fois, la revue du monde maritime (codification 11427) se donne du cachet. Elle opte pour une "lecture plus fluide, variété dans les formats, mise en page plus dynamique et une iconographie toujours aussi riche", indique un communiqué.  

Un tisseur de liens rédactionnels

Sa nouvelle version, dont le prix passe à 9,90 euros, au lieu de 12,90 euros, s’apparente à un mélange entre les rendez-vous habituels (vie des chantiers, recherche scientifiques, actualités du monde maritime) et des nouveautés.

La ligne éditoriale se renforce avec l’arrivée de "Dans nos archives", qui permet d’explorer la documentation du magazine, mais aussi d’un "dessin de presse" par Hervé Pinel et un dossier thématique pour étendre le traitement de l’information.

Le Chasse-Marée, qui ambitionne d’élargir son lectorat, ajoute un espace dédié aux lecteurs où ils auront la possibilité de poser une question, apporter un témoignage ou encore partager un moment fort.

Pour ce numéro estival, les lecteurs ont le plaisir de retrouver la célébration des fêtes maritimes de Brest, qui reviennent après une annulation en 2020 pour cause de Covid, une interview de Benjamin Ranc, sur sa passion des joutes à Sète, le récit du paquebot mixte Sequana, qui a été torpillé par un sous-marin allemand ou encore un article sur le Madcap, le plus ancien cotre-pilote à naviguer encore.