Le trimestriel Yggdrasil prend racine dans les points de vente

26/06/2019

Existe-t-il un enjeu supérieur à celui d'un possible effondrement de notre civilisation ? C’est sur cette complexe question futuriste, sociétale et écologique, que le nouveau trimestriel Yggdrasil (éditions Dandelion), impulsé par Yvan Saint-Jours (La Maison écologique, Kaizen) et Pablo Servigne, dont la signification est « arbre monde » dans la mythologie nordique, invite les lecteurs à découvrir son tout premier numéro en points de vente ce 28 juin.

Un support (codif. 13709) de 140 pages, vendu au prix de 12 euros et conçu en papier recyclé et sans publicité, qui explore la « collapsologie », soit « l'étude des effondrements possibles de notre civilisation », qu’il s’agisse de dérèglement climatique, de perte de biodiversité, ou encore de crises sociales et économiques. Mais plutôt que d’aborder le sujet de façon fataliste, le magazine veut au contraire, prouver par son éditorial, que l’on peut se « reconnecter à la joie ».

Ainsi, au sommaire de ce numéro de lancement, imprimé à plus de 50 000 exemplaires et diffusé par MLP, les curieux qui s’intéressent à la psychologie de l’autre et à la planète, pourront retrouver un petit manuel de désobéissance civile, par Hervé Ott, des conseils pour reprendre leur vie en main, ou encore des informations sur le concept de permaculture.

De quoi mettre en œuvre un projet initié via une campagne de financement participatif sur KissKissBankBank, qui avait récolté en mai dernier plus de167 000 € auprès des 3 113 personnes. Comme l’explique également Yvan Saint-Jours, co-fondateur et directeur de la publication « Yggdrasil est comme un organisme vivant. Il naît aujourd’hui, croît, puis meurt en 2022 après 12 numéros. S’il génère des bénéfices, ils seront reversés à son écosystème (associations, organismes, éco-lieux…), qui est en train d’émerger ».