Mortem, le semestriel qui s'intéresse à l'au-delà

15/04/2021

Burda Bleu surfe sur la vague des nouveautés. L'entité française du groupe international Hubert Burda Média, lance en effet ce 16 avril, un nouveau semestriel dédié à la mort et au deuil : Mortem. Sa visée ? " Poser un regard bienveillant sur la mort", "être un outil de réflexion sur le deuil" mais aussi mettre en avant des métiers de l'ombre qui permettent d'améliorer la vie des personnes en fin de vie et celles qui ont perdu un proche; infirmiers,  thanatopratrices, funeral planner, psychologues, etc, peut-on lire dans un communiqué de l'éditeur.

Au sommaire de cette parution donc (codif. 12772, 6,90 €), tirée à 30 000 exemplaires; lever les tabous liés à cette thématique. Et faire le pari de proposer des enquêtes des plus intimes, sinon liées à l’évolution des rites funéraires.

Enfin, comprendre la symbolique des tatouages qui rendent hommage aux proches disparus et dévoiler au lectorat des portraits de celles et ceux qui travaillent aux côtés des défunts. Dans les pages du support également, des conseils pour affronter le deuil, en parler aux enfants, sinon pour avancer dans sa vie. Enfin, la rédaction portée par Sarah Dumont (rédactrice en chef) et Vanessa Krstic (directrice de rédaction) propose un reportage sur les "cimetières écolos de demain" et un article sur l'expérience de mort imminente. Un titre qui se veut résolumment dédramatisant et "happy end".  "Il fallait sortir la mort du silence dans laquelle nous l'avons enfermée", dira notamment Sarah Dumont dans le premier édito de Mortem.