Quatre questions à Anaïs Jouvancy, directrice de la rédaction de Parents

03/07/2019

Parents, magazine né en 1969 et racheté en 2016 par Uni-médias, lance dès le 4 Juillet sa nouvelle formule dans les points de vente. Anaïs Jouvancy, directrice de la rédaction, en explique les objectifs.

Parents est un magazine historique. Combien d’évolutions a-t-il connues jusqu’ici ?

Le magazine a toujours beaucoup bougé. En évoluant régulièrement au rythme de la société, il a su rester leader pendant 50 ans ! Aujourd’hui, avec cette nouvelle formule, nous avons décidé de miser sur notre communauté de lectrices et de parents d’aujourd’hui. D’abord pour mieux coller à notre nouvelle façon de travailler. Notre métier de journaliste a beaucoup évolué ces derniers temps : aujourd’hui, on a la chance de ne plus parler à un lectorat de façon verticale, mais d’écouter et d’interagir au quotidien avec une communauté ! D’ailleurs, les études et les groupes lecteurs que nous avons menés cette année (sur les femmes enceintes ou les jeunes mamans, parisiennes ou provinciales, lectrices et non-lectrices de Parents) ont complètement validé la pertinence de réinjecter des témoignages en complément de tous nos contenus experts. La marque s’enrichit et gagne en profondeur. Et puis, Parents avait déjà, depuis début 2019, repensé son forum, son application grossesse et son Prix Parents, qui vient de s’enrichir d’un Prix Parents de la communauté. C’est donc tout l’écosystème Parents qui a évolué cette année! 

Comment se présente la nouvelle formule du magazine ?

C’est un Parents que l’on a voulu déculpabilisant et communautaire (avec des témoignages en fil rouge, des billets d’humeur, des angles décalés et la nouvelle rubrique clin d’œil « Entre Parents, on se comprend ». L’expertise y est toujours aussi forte (l’ADN de la marque depuis 50 ans) mais bienveillante, complice et surtout pas donneuse de leçons ! Au final, la nouvelle signature « Parents parce qu’il y a 1 000 façons de l’être » est assez représentative de cette nouvelle formule. Nous avons également élargi la tranche d’âge de la rubrique « Age par Age », la préférée des lectrices, qui ne s’arrête plus aux 7 ans mais aux 10 ans de l’enfant. Et la nouvelle maquette est plus gaie et plus découpée, pour mieux coller à la lecture zapping des parents débordés. Avec ce numéro d’été, on propose aussi plusieurs plus-produits sur le grand format (dont le petit sac à maillot imperméable illustré par notre illustratrice Mathou, accompagné de lunettes de soleil bébé ou d’un produit Uriage).Mais la pagination et le prix de vente restent inchangés. 

Quels sont vos objectifs en ce qui concerne la vente au numéro ?

On compte 1,6 million de lecteurs print par parution. Ce numéro de nouvelle formule est accompagné d’un dispositif promotion important et d’un fourni plus important. La parution du numéro d’été (août-septembre) est généralement plus forte de 75 % par rapport aux autres numéros de l’année. C’est la période idéale pour le mettre en avant. Nous espérons une diffusion supérieure à 60 000 exemplaires. 

Avez-vous un message à adresser aux marchands quant au placement du magazine en linéaire ?

Notre équipe terrain a posé plus de 1 500 présentoirs filaires depuis le début de l’année. C’est le placement idéal dans les points de vente équipés ! Sinon, on conseille une mise en avant pleine page ou en pile dans l’univers des titres « jeunes » féminins (Cosmopolitan ou Biba) ou des titres Santé.