Quatre questions à Catherine Sinet, directrice de la rédaction de Siné Madame

15/05/2019

Alors que sort ce mercredi le deuxième numéro de Siné Madame, « le journal qui ne simule pas », Catherine Sinet revient avec nous sur le lancement de cette ambitieuse parution, entièrement réalisée et dessinée par des femmes (2,90 euros, codification : 17426). Rendez-vous les 3èmes mercredi de chaque mois pour les futurs numéros.

Crédits photos : droits réservés

Pouvez-vous nous expliquer le concept de Siné Madame ?

On est parti du constat que les femmes se faisaient énormémement de confidences entre elles. Mais que leur voix ne portait pas toujours. Et surtout qu'on ne parlait pas assez d'elles. On a voulu un peu changer les choses. On est un petit peu un ovni. Je pense qu'on doit être le seul satirique féminin. Dans Siné Madame, à l'inverse de Siné Mensuel, ce sont les femmes qui sont en haut et qui travaillent et les hommes qui sont à la cave (rires).

Quel bilan tirez-vous du premier numéro, mis en vente il y a tout juste un mois ?

Je dirais tout d'abord qu'on n'a pas eu de pot. Il y a eu les retards de livraisons, les problèmes habituels... et Notre-Dame qui brûlait deux jours avant notre sortie. Et puis nous n'étions pas avec la presse IPG, puisqu'il faut attendre les premiers numéros pour être reconnu comme tel. Donc légèrement déçue, mais optimiste pour la suite. Le prix a légèrement augmenté (+ 0,60 centime, NDLR), sinon on ne s'en sortait pas. Nous étions dans 16 500 points de vente avec 85 000 exemplaires (42 000 exemplaires dans 13 000 points de vente pour Siné Mensuel). On ne vit que des ventes au numéro et donc grâce aux marchands ! Sinon on meurt. Je rappelle que nous nous travaillons sans mécène et qu'il n'y a pas de publicité dans nos titres. 

Que peut-on attendre pour la suite et quels sont vos objectifs ?

Cet été, nous allons sortir un numéro double, parce que nous sommes de grandes flemmardes c'est bien connu (rires). Allez, 30 000 ou 40 000 exemplaires, c'est ça mon but. Ça serait bien. C'est intéressant de noter que la parution n'intéresse pas que les femmes. Qu'il y a énormément d'hommes qui la lisent aussi et qui viennent nous le reprendre pour des amis ou autres. 

Un message pour les marchands ?

Je me repète, mais notre diffusion ne repose que sur la vente au numéro. Ce que je pourrais dire aux marchands, c'est vraiment de jeter un oeil sur Siné Madame, ça devrait leur plaire. Il mérite d'être bien exposé, il est rigolo, avec en plus une belle couverture. Je n'insiste pas sur l'abonnement, j'ai toujours respecté les marchands. Alors un petit coup de main, ça serait magnifique.