Trois questions à Anaïs Jouvancy, directrice de rédaction du pôle parental d’Uni-médias

01/04/2022

Hier, un nouveau féminin parental a fait son arrivée dans vos rayons : Les Maternelles, porté par Uni-médias, déjà éditeur de Parents. Un trimestriel vendu 4,50 euros sous la codification 15676, pour décomplexer la parentalité. Les explications d’Anaïs Jouvancy, directrice de la rédaction du pôle parental de l’éditeur.

Comment est né ce nouveau projet ?

Chez Uni-médias, nous étions convaincus qu’il y avait de la place sur le marché pour un nouveau projet parental, un peu plus féminin que Parents. Les Maternelles ira davantage sur un terrain sociétal, avec l’idée d’aider à prendre du recul, déculpabiliser les parents et leur dire qu’ils peuvent ne pas être parfaits. Une ambition résumée par le slogan du magazine : « On n’est pas des parents parfaits. Et vous savez quoi ? C’est ok ! » Pour incarner ce nouveau projet, Agathe Lecaron, animatrice de La Maison des Maternelles sur France 5, est apparue comme la figure idéale : maman « normale » par excellence, accessible, décomplexée… Elle est présente en Une comme au fil des pages, mais surtout n’hésite pas à se confier et à aborder des sujets complexes, comme son expérience du post-partum.

A qui conseiller Les Maternelles ?

Bien sûr, les parents qui connaissent l’émission de France 5 en retrouveront les grands marqueurs, avec un magazine bienveillant, inclusif, à l’abri du jugement… Mais le lectorat potentiel est beaucoup plus large, puisque le trimestriel aborde des sujets à la fois sociétaux, féminins, pratiques. Côté positionnement, Les Maternelles trouvera sa place avec les magazines féminins, à proximité de Parents, Biba, ou Cosmopolitan. Cela dit, il intéressera aussi les pères, avec des sujets autour de la contraception masculine, le sommeil, la figure de l’enfant préféré, ou encore le harcèlement scolaire. Le premier numéro est tiré à 105 000 exemplaires, mis en place chez 15 000 marchands, et bénéficiera d’un plan de promotion très conséquent. Autant dire que nous croyons pleinement au potentiel de ce nouveau magazine.

Comment Les Maternelles se démarque-t-il dans son univers de concurrence ?

Plus des magazines ou livres abordent la parentalité, plus cela montre l’intérêt du public et son envie de débattre de sujet important, ce qui est selon moi bon signe et démontre bien la pertinence de notre projet. Les Maternelles comporte davantage de sujets sociétaux, invite à prendre le temps, à faire un pas de côté, ce dont on a besoin y compris en tant que parents, alors qu’on est souvent pris dans le quotidien. Autre singularité, et non la moindre : Les Maternelles abordera la parentalité de la naissance à l’adolescence, contrairement à d’autres titres axés sur la petite enfance et l’enfance. On est parent toute sa vie !