Trois questions à Béatrice Duval, directrice du Livre de Poche

12/03/2021

En association avec le Master de journalisme de CY Paris Cergy Université, La Quotidienne poursuit sa série d’articles sur le Prix des lecteurs Culture Presse / Le Livre de Poche. Une première édition remportée par l’auteure Anne-Gaëlle Huon, pour son roman Les Demoiselles. Place maintenant à la commercialisation de l’ouvrage primé, avec les explications de Béatrice Duval, directrice du Livre de Poche.

Après la remise du Prix des lecteurs à Anne-Gaëlle Huon, comment va s’organiser la commercialisation de son livre chez les marchands de presse ?

Il va y avoir des opérations de communication autour du Prix. Des affiches et des displays vont être mis à disposition des magasins de presse et des points de vente qui font partie du réseau Culture Presse. Quelque 15 000 à 20 000 exemplaires vont être mis en place avec des bandeaux, sur lesquels figureront les logos de Culture Presse et du Livre de Poche, et la mention « Prix des lecteurs Culture Presse / Livre de Poche ».

Ce prix a été créé en association étroite avec les marchands de presse. En quoi le Livre de Poche est-il en adéquation avec ce réseau ?

L’idée même de ce nouveau prix littéraire nous a séduits. Que ça soit par la proximité des marchands de presse avec les lecteurs, ou le fait que de petits commerces de presse partout en France, et pas seulement à Paris, puissent faire partie du projet. En région, c’est souvent dans ces magasins qu’on se retrouve pour acheter la presse, quelques bricoles mais aussi des livres. Or, quelquefois, il peut y avoir un déficit de conseil ou de mise en avant des livres parce que les gérants ne sont pas libraires. Donc on s’est dit que nous, le Livre de Poche, avec notre éventail de lecture et nos prix accessibles, on pourrait proposer une association intéressante avec les marchands. Nous sommes en parfaite adéquation avec les valeurs que véhiculent les marchands de presse.

Une nouvelle édition du Prix des lecteurs Culture Presse / Livre de Poche est déjà prévue pour mars 2022. Un bilan de cette première édition ?

Nous sommes contents de la formule qui a bien fonctionné. Cela n’a pas été évident à mettre en place, parce que la sélection du jury de lecteurs et les délibérations ont eu lieu pendant le confinement, et tout a été fait à distance. Heureusement, il y a eu une bonne collaboration entre les partenaires, le planning a été très bien respecté malgré les contraintes et nous sommes ravis du choix des lecteurs, que l’on trouve excellent. Pour l’instant, pour nous, c’est vraiment une combinaison gagnante !

Propos recueillis par Océane Sainte-Marthe
Crédit photo : Alain Guédon