https://unionpresse.fr/sites/default/files/images/advertisement/newsletters-Jeux-Routard_1700x1000.jpg
180

Un mois de mai riche en lectures

Un peu de lecture

Alors que le pont de la Pentecôte se profile, nombreux sont ceux qui se préparent à profiter de cette journée de repos bien méritée. Des jours pour lire, ce n’est donc pas ce qui va manquer. La rédaction de la Quotidienne d’Union Presse propose son rendez-vous bimensuel et partage trois coups de cœur à lire ou à placer dans sa bibliothèque.  

La part des lâches, Marguerite Boutrolle

Après Fraîche (La Boîte à Bulles, 2022), Marguerite Boutrolle signe le 15 mai son nouveau roman graphique La part des lâches (Virages Graphiques). Dans un décor de campagne conduisant au rêve comme au retranchement, à la légèreté comme à la mélancolie, l’autrice use d’une teinte profonde et d’un trait appuyé pour dérouler l’escapade d’un personnage, d’un monde, en quête de sens. L’autodidacte en dessin réalise le portrait d’une jeune génération qui prône un meilleur usage des ressources humaines et cherche des modes de vie alternatifs, au risque de s’isoler.

En pleine période de remise en question professionnelle et amoureuse, Aby décide de rejoindre la colocation de son amie Jet, en Auvergne. Elle y fait la connaissance d’un petit groupe de néo-ruraux hauts en couleur, aux discours libertaire et anticapitaliste. Tentée par l’exode urbain et des pratiques plus respectueuses et proches de la nature, mais peu habituée à la vie en communauté, la jeune femme ressent vite le besoin de troquer les murs partagés pour la quiétude de la forêt. Bientôt, Aby est initiée aux propriétés des champignons hallucinogènes par une marginale pour laquelle elle se prend d’affection. 

Ils ont tiré sur le pianiste, Fernando Trueba et Javier Mariscal

Ce mois-ci, la bande dessinée est célébrée. Les Presses de la Cité publient le 16 mai Ils ont tiré sur le pianiste.

Francisco Tenório Cerqueira Júnior était l’un des pianistes les plus prometteurs du mouvement samba jazz, plus connu sous le nom de bossa nova. Membre éminent du groupe Os Cobras, il se produisait régulièrement à Copacabana, berceau de la musique brésilienne. Une nuit de mars 1976, après un concert donné au Gran Rex de Buenos Aires, l’artiste n’a pas regagné son hôtel. Il avait 34 ans. Personne ne l’a jamais revu. Plusieurs décennies plus tard, Jeff, journaliste new-yorkais passionné de jazz, cherche à élucider le mystère.

Le duo Fernando Trueba et Javier Mariscal unissent de nouveau leurs talents pour rendre hommage à un beau chapitre de la musique tout en redonnant vie à Tenório Júnior, dont la carrière a été brutalement interrompue durant l’un des épisodes les plus sombres de l’histoire de l’Amérique latine.

Célébrant l'origine de la Bossa Nova, le roman graphique capture une période débordante de liberté créatrice dans les années 60 et 70. 

La croix de la rédemption, James Baldwin 

À l’occasion du centenaire de la naissance de James Baldwin, l’une des figures littéraires américaines du XXe siècle, les Éditions Stock publient La croix de la rédemption, un recueil de textes inédits, précédé d'une préface de l’essayiste Léonora Miano.

Réputé pour son engagement dans le mouvement des Droits Civiques, James Baldwin (1924-1987) n’a eu de cesse d’interroger et de décortiquer l’histoire et la société américaine. Dans ce recueil de textes (nouvelle, essais, discours, conférences, lettres), la pensée baldwinienne parcourt chaque page. L’auteur de La Chambre de Giovanni s’y interroge sur la possibilité d'un président afro-américain, dénonce le racisme étatique, la manipulation médiatique ; il analyse l'hypocrisie du fondamentalisme religieux, livre ses réflexions sur les relations entre Noirs et Juifs ; expose l’importance de l’engagement social (parité, éducation, etc.) ; partage ses impressions sur le blues et la boxe. Au fil des pages s’esquisse le portrait en creux d’un James Baldwin tour à tour romancier, journaliste, militant, essayiste et ancien prédicateur.