Trois questions à Frédéric Bosser, directeur de publication des Arts Dessinés

Le premier numéro du mook trimestriel Les Arts Dessinés paraît demain. Un nouveau venu en linéaires de 160 pages que nous présente son directeur de publication, Frédéric Bosser.

 

Votre mook paraît d'abord en points de vente, puis plus tard en librairies. Pourquoi ce choix ?

Le mook paraît en effet demain en points de vente et en librairies le 5 janvier. Je suis un homme de presse qui aime d'abord la presse. Je veux avant tout faire des journaux, il me paraissait donc important de privilégier les kiosques, même si la librairie nous permet aussi de toucher un autre public. Le magazine est destiné au linéaire arts, aux côtés de Beaux Arts et Connaissance des Arts.

 

A quels lecteurs est destiné le magazine ?

Les Arts Dessinés s'adresse à tous les amateurs et amatrices de dessin, de bande dessinée et d'art en général. En termes de chiffres, nous avions prévu un tirage à 15 000 exemplaires, mais face à la demande nous avons finalement opté pour un tirage à 23 000 exemplaires sur 5 000 points de vente à fort potentiel (dont 75 % hors de Paris et de l'Île-de-France), avec du réassort disponible pour tous les points de vente.

 

Que pourront trouver les lecteurs des Arts Dessinés dans les pages du magazine ?

Le trimestriel traite de tout ce qui part du dessin et devient de l'art : le dessin au cinéma, dans la mode, le dessin de presse... Dans ce numéro, nous parlons notamment du travail de Jamie Hewlett dont les dessins deviennent les clips du groupe Gorillaz, le roman graphique de Benjamin Lacombe et Eliette Abecassis L'Ombre du Golem, les croquis d'Yves Saint-Laurent...