Union Presse 450

Union Presse 450

CRISE DE PRESSTALIS : QUEL AVENIR POUR LE SYSTÈME DE DISTRIBUTION ?

L'INVITÉ
Cédric Dugardin détaille le plan de restructuration

PALMARÈS DES VENTES
Les chiffres de 2019 à la loupe

REPORTAGE
Marchands au grand coeur dans l'Ouest

--aucun--

Un hors-série de Détours en France qui passera l'été dans les Alpes

L'air de la ville agace votre clientèle en quête de quiétude et de congés ? Vous allez pouvoir lui conseiller le nouveau hors-série de Détours en France, "Echappées Belles", en vente à partir du 20 mai en linéaires, pour rêver de nouveaux paysages. Le magazine d'Uni-médias (codif.05629, à 5,95 €), décliné de l'émission télévisée de France 3 et de France 5, propose en effet à son lectorat d'aller rejoindre (dès que possible), les verdoyantes hauteurs des Alpes. 

Un mot de Daniel Panetto sur les jeux : FDJ et PMU

Ce bref mot pour vous donner quelques informations concernant les jeux en ce jour de reprise.

Côté Française des Jeux d’abord. Vous avez reçu un mot de la part de la Présidente Stéphane Pallez, qui vous indique les dispositions qui ont été prises dans cette période exceptionnelle. Notamment pour vous aider en cas de difficultés : je pense à la plateforme d’aide psychologique par exemple, qui vous permet de parler à un spécialiste si vous en éprouvez le besoin en cette période compliquée. Vous pouvez vous rapprocher de votre commercial pour en bénéficier.

Message de Daniel Panetto du 7 mai

Chères consœurs, chers confrères,

Nous y sommes, le déconfinement du pays se profile. Je tenais à féliciter ceux d’entre nous qui sont restés ouverts envers et contre tout, en très grande majorité, pour continuer d’assurer notre mission de service public et souhaiter une bonne réouverture à ceux qui ont dû rester fermés. 95% des indépendants que nous sommes sont d’ores et déjà sur le pont, c’est tout simplement exemplaire, nous pouvons en être fiers !

Avec Joël Atger, en direct de Millau (Aveyron)

Cette période de confinement, Joël Atger, marchand de presse depuis 25 ans à Millau, s’y était presque habitué. « Au début c’était dur pour les affaires pour mon épouse et moi-même. Les premières semaines, je n’en dormais pas la nuit ! Maintenant, j’y vois un côté positif avec plus de temps libre. Et un retour à des horaires normaux. Quand même, passer de 70 heures à 35 heures par semaine, c’est énorme ! », explique celui qui est aussi président de Culture Presse pour la délégation de Millau.

Pages